Michel Sardou — Les Routes De Rome song lyrics and translation

The page contains the lyrics and English translation of the song "Les Routes De Rome" by Michel Sardou.

Lyrics

J’entends jouer l’orchestre d’un paquebot qui sombre
Entraînant notre histoire et la mémoire des vieux
Où sont les étonnés les jaloux les peureux
Où sont les insolents les rusés les heureux
Où sont les hommes
Des chemins qui menaient à Rome
Enfants du néant du hasard
Et d’un cri d’amour quelque part
Retenus par le temps qui dure
Au fond d’une prison sans murs
Je sais que le ciel ne m’attends pas
Ni Dieu ni Diable mais au-delà
Une idée folle une idée d’hommes
De ceux qui s’en allaient à Rome…
J’entends jouer l’orchestre d’un paquebot qui sombre
Entraînant notre histoire et la mémoire des vieux
Où sont les résignés les errants les curieux
Où sont les indignés les violents les furieux
Où sont les hommes
Nous sommes des passants illusoires
Sur des chemins qui vont nulle part
Retenus par des liens obscurs
A des éternités futures
Je sais que le ciel n’est pas si haut
Ni bien ni mal ni laid ni beau
Une idée folle une idée d’hommes
De ceux qui s’en allaient à Rome…
J’entends jouer l’orchestre d’un paquebot qui sombre
Entraînant notre histoire et la mémoire des vieux
Où sont les étonnés les jaloux les peureux
Où sont les insolents les rusés les heureux
Où sont les hommes
Des chemins qui menaient à Rome

Lyrics translation

I hear playing the orchestra of a dark liner
Entailing our history and the memory of the old
Where are the astonished the jealous The afraid
Where are the insolent the cunning the happy
Where are the men
Paths that led to Rome
Children from the nothingness of chance
And a cry of love somewhere
Retained by time that lasts
At the bottom of a prison without walls
I know heaven is not waiting for me
Neither God nor devil but beyond
A crazy idea an idea of men
Of those who went to Rome…
I hear playing the orchestra of a dark liner
Entailing our history and the memory of the old
Where are the resigned the wandering the curious
Where are the indignant the violent the Furious
Where are the men
We are illusory passers-by
On paths that go nowhere
Retained by obscure links
To future eternities
I know the sky is not so high
Neither good nor bad nor ugly nor beautiful
A crazy idea an idea of men
Of those who went to Rome…
I hear playing the orchestra of a dark liner
Entailing our history and the memory of the old
Where are the astonished the jealous The afraid
Where are the insolent the cunning the happy
Where are the men
Paths that led to Rome