Grand Corps Malade — Au théâtre song lyrics and translation

The page contains the lyrics and English translation of the song "Au théâtre" by Grand Corps Malade.

Lyrics

Acte 1, scène 1, unité de temps, unité de lieu;
La pièce durera toute ta vie, l’histoire se déroule sous tes yeux.
Le rideau vient de s’ouvrir, toi tu soulèves les paupières.
Tes parents gèrent la mise en scène, ta pièce démarre et ils sont fiers;
Ils te souhaitent pas une tragédie, ils préfèrent que l’histoire soit drôle.
C’est le théâtre de ta vie, c’est toi qui tient le premier rôle,
Tu regardes autour de toi les projecteurs, les premiers rangs, les gens qui te
donnent la réplique et puis les autres, les figurants.
Tes parents ont écrit le début, mais tu vas vite réaliser que pour la suite,
c’est entendu, tu vas devoir improviser,
Et puis trouver les bons dialogues, dans ce premier acte, tu es bavard,
Ce ne sera pas une pièce d’auteur, mais du théâtre de boulevard.
Alors ton histoire défile sous la rumeur des spectateurs,
Ton personnage perd l’innocence, t’essaies de rester à la hauteur,
Face aux premières piques de l’intrigue, face aux premiers mauvais accords,
Derrière les apparences bien lisses, tu découvres l’enfer du décor.
(Refrain)
Au théâtre on joue ta vie, j’ai vu ton nom sur l’affiche
Le scénar' est en friche, modifie-le, tu t’en fiches
Pour jouer les plus belles scènes et à l’heure de saluer le public,
Que tu aies le privilège d’avoir deux ou trois bonnes critiques
Au théâtre on joue ta vie, j’ai vu ton nom sur l’affiche
L’histoire peut être riche, faut pas que tu traînes, faut pas que tu triches
Pour t’offrir de l’ivresse, du vertige, de l'émotion,
Et qu'à la fin les gens se lèvent pour ta dernière ovation.
Alors de cour à jardin, maintenant tu fais les cent pas,
Tu côtoies les bons comédiens, et puis y a ceux que tu sens pas.
On fleurte avec le vaudeville avec toutes ces portes qui claquent,
Tu vois moins tes parents, ingratitude du deuxième acte.
Tu l’as compris sur les planches, c’est la cour de création,
Dans toutes les situations, tu vas faire preuve d’adaptation,
Dans un monde où le prévisible perd souvent le contrôle,
Le bon comédien est celui qui sait jouer tous les rôles
Et c’est là qu’intervient celle qui donne du sens à ta pièce,
Sous les feux de la rampe, ta prétendante met tes attentes en liesse,
Tout prend de l’importance, c’est ce que ton homologue indique
Fini le théâtre de boulevard, tu tiens ta tragédie antique.
Si tout va bien, l’amour donnera de nouveaux petits acteurs,
Qui à leur tour, joueront leur pièce devant la foule des spectateurs.
Tu mettras en scène leurs débuts, t’as compris les règles du pacte,
Avant de retrouver l'énergie de t’atteler à ton troisième acte.
Du public, on voit tes doutes, on voit tes gouttes, on voit la sueur,
Tes déboires, tes trous de mémoire, tes espoirs et tes lueurs
le second rôle apprécie, c’est respectable et vibrant,
Les spectateurs vibrent aussi, c’est du théâtre vivant.
(Refrain)
Au théâtre on joue ta vie, j’ai vu ton nom sur l’affiche
Le scénar' est en friche, modifie-le, tu t’en fiches
Pour jouer les plus belles scènes et à l’heure de saluer le public,
Que tu aies le privilège d’avoir deux ou trois bonnes critiques
Au théâtre on joue ta vie, j’ai vu ton nom sur l’affiche
L’histoire peut être riche, faut pas que tu traînes, faut pas que tu triches
Pour t’offrir de l’ivresse, du vertige, de l'émotion,
Et qu'à la fin les gens se lèvent pour ta dernière ovation.
A quelques exceptions près, toutes les pièces se ressemblent un peu,
Ça tourne autour de sentiments, tu sens, tu mens, tu vis, tu veux,
Y a que le décor et les costumes qui sont amenés à changer,
Ça dépend des moyens de la prod', on a pas tous les mêmes budgets.
Moi j’ai grandi au cœur d’un beau théâtre occidental,
Loin des troupes du tiers-monde et des acteurs qui ont la dalle,
J’aime le théâtre de ces pays où la scène est à même le ciel,
Où les intrigues se resserrent souvent autour des valeurs essentielles.
A quelques exceptions près, toutes les pièces se ressemblent un peu,
Y a les grandes scènes de comédies et les bouts de drames contagieux,
Et puis y a tous ces imprévus, ces fous rires, ces dérapages,
Moi je n’aime ce théâtre que quand l’intrigue sort de la page.
Sois patient, reste en coulisse quand résonnent les coups de tonnerre,
Et quand la scène est compliquée, appuie-toi sur tes partenaires.
Ils te seront indispensables pour atteindre tes objectifs,
N’oublie jamais cet adjectif: le théâtre est un art collectif.
A toi d’observer dans l’ombre quand on t’attend dans la lumière;
A toi de prendre le devant de la scène quand le scénario te prévoit derrière
Ecorches un peu ce qui est écrit, la vie aura un autre parfum
Ta pièce aura une plus belle fin, écoute une dernière fois ce refrain:
Au théâtre on joue ta vie, j’ai vu ton nom sur l’affiche
Le scénar' est en friche, modifie-le, tu t’en fiches
Pour jouer les plus belles scènes et à l’heure de saluer le public,
Que tu aies le privilège d’avoir deux ou trois bonnes critiques
Au théâtre on joue ta vie, j’ai vu ton nom sur l’affiche
L’histoire peut être riche, faut pas que tu traînes, faut pas que tu triches
Pour t’offrir de l’ivresse, du vertige, de l'émotion,
Et qu'à la fin les gens se lèvent pour ta dernière ovation.
(Merci à Gildas GnT pour cettes paroles)

Lyrics translation

Act 1, Scene 1, unit of time, unit of place;
The play will last your whole life, the story unfolds before your eyes.
The curtain just opened, you lift the eyelids.
Your parents manage the staging, your play starts and they're proud;
They don't wish you a tragedy, they prefer the story to be funny.
This is the theater of your life, you are the one who takes the lead,
You look around you at the spotlights, the front ranks, the people who are you
give the replica and then the others, the extras.
Your parents wrote the beginning, but you'll soon realize that for the rest,
all right, you're gonna have to improvise.,
And then find the right dialogues, in this first act, you're talkative,
It will not be an author's play, but from the boulevard theater.
So your story Scrolls under the rumor of the spectators,
Your character loses innocence, you try to stay up to it,
Faced with the first piques of the plot, faced with the first bad chords,
Behind the smooth looks, you discover the hell of the decor.
(Chorus)
At the theater we play your life, I saw your name on the poster
The script ' is wasteland, modify it, you don't care
To play the most beautiful scenes and at the time to greet the audience,
Whether you have the privilege of having two or three good reviews
At the theater we play your life, I saw your name on the poster
History can be rich, you don't have to hang out, you don't have to cheat
To offer you drunkenness, dizziness, emotion,
And that in the end people stand up for your last ovation.
So from yard to garden, now you take the hundred steps,
You're next to good actors, and then there's the ones you don't feel.
We blossom with the vaudeville with all these doors slamming,
You see less of your parents, ingratitude of the second act.
You got it on the boards, it's the court of creation,
In all situations, you will show adaptation,
In a world where the predictable often loses control,
The good comedian is the one who knows how to play all the roles
And that's where the one that gives meaning to your play comes in,
Under the lights of the ramp, your suitor brings your expectations to life,
Everything matters, that's what your counterpart says
After the boulevard theater, you hold your ancient tragedy.
If all goes well, love will give new small actors,
Who in turn, will play their play in front of the crowd of spectators.
You will stage their debut, you understand the rules of the pact,
Before you regain the energy to engage in your third act.
From the audience, we see your doubts, we see your drops, we see the sweat,
Your troubles, your memory holes, your hopes and your glimmers
the second role appreciates, it is respectable and vibrant,
Spectators also vibrate, it's live theater.
(Chorus)
At the theater we play your life, I saw your name on the poster
The script ' is wasteland, modify it, you don't care
To play the most beautiful scenes and at the time to greet the audience,
Whether you have the privilege of having two or three good reviews
At the theater we play your life, I saw your name on the poster
History can be rich, you don't have to hang out, you don't have to cheat
To offer you drunkenness, dizziness, emotion,
And that in the end people stand up for your last ovation.
With a few exceptions, all the pieces look a little alike,
It revolves around feelings, you smell, you lie, you live, you want,
There is only the decor and costumes that are brought to change,
It depends on the means of production, we don't all have the same budgets.
I grew up in the heart of a beautiful Western Theater,
Away from third world troops and actors who have the slab,
I love the theater of those countries where the stage is right in the sky,
Where intrigues often tighten around essential values.
With a few exceptions, all the pieces look a little alike,
There are the great scenes of comedies and the bits of contagious dramas,
And then there's all these unforeseen, these crazy laughs, these skids,
I like this theater only when the plot comes off the page.
Be patient, stay behind the scenes when thunder strikes resonate,
And when the scene is complicated, lean on your partners.
They will be indispensable to achieve your goals,
Never forget this adjective: theater is a collective art.
It is up to you to observe in the shadow when you are waited in the light;
It's up to you to take the front of the stage when the script foresees you behind
Ecorches a little what is written, life will have another fragrance
Your piece will have a more beautiful ending, listen one last time this chorus:
At the theater we play your life, I saw your name on the poster
The script ' is wasteland, modify it, you don't care
To play the most beautiful scenes and at the time to greet the audience,
Whether you have the privilege of having two or three good reviews
At the theater we play your life, I saw your name on the poster
History can be rich, you don't have to hang out, you don't have to cheat
To offer you drunkenness, dizziness, emotion,
And that in the end people stand up for your last ovation.
(Thanks to Gildas GnT for these words)